Pourquoi faut-il arrêter de fumer ?

postheadericon En finir avec la cigarette, s’affranchir de la dépendance au tabac

D’ailleurs, c’est l’une des raisons qui les poussent à arrêter. Cependant, ce ne sont pas tous les concernés qui y parviennent bien qu’une amélioration de santé est tangible au bout de quelques semaines de traitement. Les risques qu’ils ont accumulés durant la période fumeur s’estompent et disparaissent même au bout de quelques années.

Les effets immédiats de l’arrêt du tabac

Lorsqu’un fumeur commence à arrêter de fumer, les effets sur l’amélioration de son état de santé se font sentir au bout de quelques jours. Ce sont des effets de nature à l’encourager sur cette voie. Des changements peuvent même être perceptibles dès l’instant où la décision est prise, car le rythme cardiaque commence à revenir à la normale au bout de vingt minutes après la dernière cigarette. Une journée après, c’est le monoxyde de carbone qui disparaît complètement, car l’organisme l’a éliminé. Pour la nicotine, le corps n’a besoin que de deux jours pour l’éliminer de la circulation sanguine. La diminution des manifestations d’allergie constitue un autre effet bénéfique de cet arrêt d’apport en nicotine. Il faut aussi noter que les troubles d’ordre respiratoire qui sont souvent le lot de tout fumeur diminuent en intensité et en fréquence. C’est le cas des crises d’asthme ainsi que de la bronchite chronique. Deux autres points passent complètement inaperçus lorsque la cigarette disparait du quotidien. Le premier est l’haleine qui perd les relents de tabac. En effet, les proches des fumeurs sont souvent gênés par l’odeur désagréable de leurs haleines. Le second point concerne la peau puisqu’elle reprend un teint plus lumineux et plus vif, son élasticité revient lentement. Il est possible de ressentir ces deux manifestations au bout de quelques semaines. Le goût des aliments qui revient est aussi un signe pour l’ancien fumeur que son organisme est en train de changer, allant en s’améliorant. Lorsque la dernière cigarette date de trois à neuf mois, les améliorations sur la respiration sont de plus en plus visibles. Contrairement à ce que beaucoup de personnes croient, la diminution des risques d’infarctus du myocarde commence dès les premières 24 heures après le dernier cigare et continuera à baisser au fur et à mesure du sevrage.

Les effets à long terme

De nombreuses études montrent que le nombre de cigarettes fumées par jour a des effets sur la santé. Outre les problèmes de voie respiratoire, on peut également citer les effets invisibles sur les autres parties du corps comme le cœur, la circulation sanguine, le tube digestif et même les voies d’élimination, la vessie et le colon. Au bout d’un an de sevrage, c’est le cœur qui récolte les premiers grands changements de l’état de santé puisque les risques d’infarctus ont diminué de moitié. Cette amélioration continuera et en cinq ans les risques d’accident vasculaire sont aussi réduits de moitié. Il en sera de même pour les risques de cancer du poumon de l’ancien fumeur qui sont aussi de 50 % par rapport à la période où il fumait encore. Les autres organes qui présentent ce même taux de diminution en cancer sont la bouche, l’œsophage et la vessie. Les éventuels accidents vasculaires ne disparaissent pas totalement, mais rejoignent ceux des non-fumeurs au bout de dix ans d’arrêt. Pour retrouver les mêmes niveaux de risques que le non-fumeur pour les maladies vasculaires et surtout l’état de santé en général, il faut quinze ans sans cigarette.

Comment arrêter le tabac ?

Que la méthode choisie consiste à arrêter d’un coup ou progressivement, il est possible de recourir à de nombreuses astuces et outils qui sont mis à la disposition des personnes voulant arrêter leur dépendance. Les substituts nicotiniques sont des apports en nicotine permettant de pallier l’impression de manque qui est souvent ressentie durant le traitement. Ils se présentent sous forme de patch ou de médicaments. L’efficacité de cette méthode est prouvée et aide à passer les effets du sevrage. Des médicaments sont aussi disponibles en pharmacie pour aider le fumeur, dont le Champix et le Zyban. Toutefois, il n’est possible de les avoir en pharmacie que sous présentation d’une ordonnance médicale. Cette méthode est dite allopathique puisqu’on a recours à une aide médicamenteuse. La cigarette électronique constitue également une autre façon d’arrêter de fumer. Elle est actuellement à la mode, même si elle n’est pas reconnue comme faisant partie du sevrage tabagique. Toutes les sensations que le fumeur éprouve avec une cigarette classique et surtout le goût sont ressenties dans celle-ci. La différence réside dans l’absence des risques de cancer. Pour se défaire de sa dépendance du tabac, on peut également opter pour l’acupuncture, une méthode tirée de la médecine chinoise. En stimulant certains points de l’organisme avec des aiguilles, le professionnel essaie de trouver l’équilibre des fonctions de l’énergie du Qi. En effet, la maladie est le résultat d’un déséquilibre. L’hypnose compte également parmi les méthodes de sevrage. Avec ou sans l’aide d’un hypnothérapeute, cette technique consiste à donner une résolution pendant que le fumeur est encore inconscient. Une résolution qu’il va exécuter lorsqu’il revient à la conscience. L’homéopathie est utilisée par les personnes qui recherchent la méthode douce pour arrêter de fumer. Elles ont ainsi recours aux plantes. Certaines d’entre elles sont reconnues pour aider à passer les caps difficiles comme les sensations de manque ou les suées. Une autre méthode consiste à diminuer progressivement la consommation de semaine en semaine en les remplaçant par des substituts lorsque l’envie se fait sentir. A partir de la quatrième semaine, le nombre de cigarettes quotidiennes sera divisé par deux une première fois, et une deuxième fois supplémentaire la sixième semaine. Cette méthode nécessite un gros effort de volonté, mais si le traitement réussit, le patient ne fumera plus au bout de huit semaines.

Comment éviter les rechutes ?

Les premiers jours sont décisifs. Les tentations sont fortes et l’envie de revenir aux gestes familiers est impérieuse. C’est la raison pour laquelle il est recommandé d’être soutenu par ses proches, de se faire assister par une aide psychologique et de recourir à des traitements pharmacologiques si nécessaire. En effet, les statistiques démontrent que moins de 5 % des tentatives sans aides réussissent sur une année d’abstinence. Les rechutes sont surtout dues à des causes liées aux stress. En effet, la pression, la colère et la déprime ainsi que les situations au travail sont de nature à faire replonger dans le tabac. C’est dans de pareilles situations que l’aide de l’entourage est importante. Il doit renforcer et soutenir la résolution du fumeur pour tenir la distance. Cette baisse de motivation est parfois accompagnée de la consommation d’alcool qui réduit la résistance. Il arrive que les fumeurs reprennent du poids lorsqu’ils arrêtent de fumer. Toutefois, cette prise de poids est de nature à faire diminuer leur motivation. Pour éviter cela, il est recommandé de pratiquer du sport pour combler les moments d’oisiveté.
Les situations qui conduisent à reprendre la cigarette sont à éviter, comme les soirées trop arrosées, le café après le repas, mais aussi la promenade solitaire du chien. Pour y arriver, les couples doivent faire ensemble le sevrage s’ils sont tous les deux fumeurs, en priorisant les stratégies qui ont fait leur preuve. C’est le cas de la thérapie comportementale cognitive. Le fumeur en sevrage arrive mal à gérer certaines situations, entre autres : La compagnie des autres fumeurs : pour cela, il faut expliquer la situation et oser demander aux autres de ne pas fumer. Pour plus de motivation, il faut imaginer à l’avance la scène du refus lorsque quelqu’un en propose. Le café après les repas : il est préférable de changer de boisson, et prendre du thé ou de jus de fruit, ou tout simplement quitter rapidement la table en faisant autre chose. Pourquoi ne pas débarrasser la table, faire la vaisselle ou se brosser les dents pour changer le goût dans la bouche ? L’alcool en soirée est capable de faire vaciller les plus fortes résolutions, c’est la raison pour laquelle il faut l’éviter durant les soirées en société. Whisky et tabac font souvent bon ménage et l’un ne va pas sans l’autre. Lors des pauses, il est recommandé de faire des exercices de relaxation qui ont l’avantage d’aérer les poumons tout en décontractant les muscles. Lorsque les moments de stress sont inévitables, il faut se focaliser sur un objet, crayon, chewing-gum, allumettes ou autres qui ne rappellent pas la cigarette. Pour renforcer la volonté, il faut revoir souvent les raisons qui ont poussé la décision à arrêter le tabac. Cela permet de voir le chemin parcouru depuis le début du sevrage. Il faut aussi voir les acquis au niveau de la santé puisque les effets sont tangibles à quelques jours seulement du traitement. Sans oublier le plan financier, car on n’achetant plus de cigares, on fait des économies appréciables.

Mots clefs :
  • apres combien de temps la peau reprend son elasticite apres larret du tabac
  • cigarette electonique circulation peau
  • raisons qui pousse à reprendre le tabac
  • arret du tabac effets immediat sur la peau
  • crise dasthme apres avoir fume une cigarette electronique
  • effets sur les proches de fumeurs
  • En finir avec la cigarette s’affranchir de la dépendance au tabac
  • evolution tein de peau arret du tabac
  • il renifle souvent es c normal allergie cigarette
  • signe amelioration arret tabac

Laisser un commentaire

Panier
  • Votre panier est vide.
La Cigarette Electronique > simple > Gauloises (Parfums, Tabac Normal)